Que fera Air France des 7 milliards d’euros prêtés par l’Etat ?

La pandémie de coronavirus n’aura pas raison de la compagnie Air France. Les Pays-Bas et la France promettent lui venir en aide avec 10 milliards d’euros. L’objectif est de sauver la compagnie aérienne Air France-KLM. Elle recevra bientôt de l’État français des prêts bancaires d’une valeur de 4 milliards d’euros ainsi qu’une avance d’actionnaire de l’ordre de 3 milliards d’euros. Une belle opportunité qui permettra de remettre les pendules à l’heure au sein de Air France.

Un plan historique de sauvetage

Une telle décision est le vœu cher de plusieurs entreprises européennes frappées de plein fouet par les affres du coronavirus. Bruno Le Maire, le ministre de l’économie et des finances de la France a annoncé un plan historique afin de sauver Air France. 7 milliards de prêts seront débloqués par l’État français pour Air France. Le gouvernement néerlandais lui emboite le pas avec une promesse de fonds de 3 milliards d’euros environs. Tous les moyens seront ainsi mis à disposition dans l’optique de mieux soutenir Air France. Cette compagnie est au bord du précipice en raison des énormes pertes économiques enregistrées depuis le début de la pandémie de coronavirus. Les États néerlandais et français se sont engagés à ne pas mettre l’entreprise sur la paille. Dans une interview accordée à TF1, Bruno Le Maire a indiqué que la nationalisation de l’entreprise n’est pas une question prioritaire. C’était le vendredi 24 avril dernier.

Des promesses fiables et sûres

Les membres de la compagnie Air France peuvent bien se frotter les mains. Les promesses faites par les gouvernements français et néerlandais ne sont point du vent. Il ne s’agit nullement d’un chèque en blanc. Le transporteur aérien franco-néerlandais peut désormais compter sur cette manne financière pour relancer ses activités. Les 10 milliards d’euros serviront à traverser de manière sereine la crise qui secoue le secteur. Les avions de la compagnie ont été cloués au sol en raison des nombreuses restrictions de voyage exigées par les autorités étatiques afin d’endiguer la pandémie de Covid-19. Les deux ministres dans leur publication respective se disent très soucieux des difficultés financières que traverse la compagnie. Ils se disent prêts à conjuguer leurs efforts pour sortir Air France d’un tel choc sans aucun précédent.

Les répercussions des mesures envisagées

Les mesures prises par les deux gouvernements visent à sauver avant tout les 350 000 emplois. Il s’agit bien d’une bouffée d’oxygène. Ce soutien indispensable se fait sentir depuis un certain temps. La compagnie est asphyxiée financièrement car n’exploite dans la situation actuelle que 3 % des vols habituels et moins de 10 % de KLM. On note du coup un effondrement complet du trafic mondial. Toutefois, un tel mécanisme de soutien est subordonné bien évidemment à l’approbation de la Commission européenne. Il faut souligner que certaines conditions ont été fixées à Air France. Ce sont des conditions de rentabilité afin de pousser la compagnie a déployé plus d’effort pour rentabilisé après la crise. Les conditions écologiques n’ont pas été occultées. La compagnie doit désormais être plus respectueuse de la nature.